accueil FRAC Poitou-Charentes

 

 

 

 

 

 

63 Bd Besson Bey | 16000 Angoulême
présentation programmation collection médiation documentation liens

 

Au FRAC Poitou-Charentes site d'Angoulême

Dector & Dupuy
euple aincra

exposition personnelle
du 30 septembre au 17 décembre 2016

vernissage jeudi 29 septembre à 18h - entrée libre

visu euple aincra

__dossier de presse

Que le peuple vainque !
Michel Dector et Michel Dupuy se sont fondés en duo au début des années 1980 alors que la décentralisation, au premier rang des préoccupations du gouvernement d’alors, instaurait les Régions en tant que collectivités territoriales et entendait dynamiser l’art contemporain et sa fréquentation sur l’ensemble du territoire national par la promotion des Centres d’Art et la création des Fonds Régionaux d’Art Contemporain. Fondamentalement décentrée et attentive aux territoires, la démarche artistique de Dector & Dupuy était d’emblée en phase avec cette politique de démocratisation culturelle. Leurs œuvres, s’originant toujours dans une observation méticuleuse des manifestations spontanées ou empiriques du « vivre-ensemble », en révèlent les heurts, les compromis et les déploiements. Chacune de leurs œuvres traduit une attention qu’ils ont portée et s’avance, souvent drôle, comme un commentaire ou une hypothèse aussi brillante qu’accessible.

Si chacune de leurs visites performées ou de leurs expositions offre une lecture inédite, étonnante et passionnante d’un contexte, tous les aspects du travail de Dector & Dupuy forment aussi, parallèlement, une vaste métaphore du système de l’art, de ses acteurs et de ses formules opérationnelles.

Les artistes en spectateurs - visiteurs
Dector & Dupuy regardent, contemplent, observent, discernent. Ils se documentent, réfléchissent, se questionnent, débattent, comparent. Ils parcourent, photographient, notent, se souviennent. Dector & Dupuy sont de parfaits spectateurs. Ils font de la rue les salles d’un musée infini dont les espaces, sols et murs, regorgent de chefs-d’œuvres insoupçonnés. Ils en seraient les parfaits visiteurs s’ils ne se livraient, parfois transgressifs, à quelques emprunts et autres substitutions.

Les artistes en collectionneurs
Dector & Dupuy, en effet, regardent mais ils se servent, aussi. Leurs appropriations sont souvent textuelles ou photographiques et des listes de relevés d’inscriptions murales ou des banques thématiques d’images qu’ils élaborent et augmentent continument naissent des œuvres. Mais lorsque la matérialité-même d’un objet repéré dans l’espace public les intéresse au point d’en rendre inopérante quelque traduction iconique, il s’agit pour eux de s’en emparer physiquement pour une exposition directe. S’approprier des bouteilles brisées, les restes d’une voiture calcinée ou un hérisson écrasé ne prête pas à conséquence. Mais si cette pratique du ready-made et de la collecte induit quelques actes clandestins, Dector & Dupuy, foncièrement honnêtes et bienveillants, s’appliquent systématiquement une discipline éthique visant le dédommagement. Ici, tel panneau tagué est discrètement remplacé in situ par un panneau neuf et un aérosol de peinture permettant un nouveau bombage. Là, l’appropriation d’un jeu de grandes banderoles militantes se fait au prix d’une longue négociation avec leurs auteurs aboutissant à leur remplacement par des copies réalisées par les artistes, la documentation de la tractation faisant partie de l’œuvre (Échanges, 2007-2009, collection FRAC Poitou-Charentes).

Les artistes en chercheurs
Dector & Dupuy approfondissent tant leur pratique de spectateurs – visiteurs qu’ils en font une science. Leur appréhension d’un territoire comme contexte à leur création artistique passe par la conception et l’expérimentation de protocoles. Recherche et collecte de documents, identification et exploitation de sources d’informations, travail sur représentations cartographiques, sectorisation du territoire, repérages, formulation d’hypothèses croisées, production de documents photographiques et graphiques, relevés de cotes, prélèvement d’échantillons, classements de données, élaboration de pistes interprétatives… Les explorations, enquêtes, campagnes de fouille de Dector & Dupuy évoquent la démarche des sociologues, des archéologues et des anthropologues. Chacune de leurs œuvres, performances ou expositions équivaut, selon son degré d’aboutissement, de novation, d’appareillage théorique ou de potentiel prospectif, à une hypothèse de travail, un jalon de recherche, une découverte ou une thèse. La structuration en nomenclature infinie de leur récent catalogue monographique (Captures éditions, Valence, 2015) révèle autant une somme de travail accompli qu’un jeu avec l’utopisme encyclopédique.

Les artistes en médiateurs culturels
La démarche artistique de Dector & Dupuy s’intéresse aux lapsus formels, métamorphoses fortuites, équipements d’initiative individuelle, expressions spontanées, qu’ils remarquent dans l’espace public. Leurs œuvres, comme leurs expositions dont ils assument le commissariat, en sont des propositions de déchiffrage. Que l’on reçoive leur production comme une grille de lecture de la société, comme une traduction intelligible du bruissement de la ville et de la cacophonie du vivre ensemble ou comme la formulation d’énigmes articulées opérant par maïeutique, on peut considérer l’œuvre de Dector & Dupuy comme une médiation. Leurs performances qui, depuis quelques années, empruntent formellement et techniquement aux conventions de la visite guidée et, depuis peu, jouent avec les archétypes de la conférence, manifestent explicitement l’adresse au public comme un aspect intrinsèque à leur démarche artistique. L’exposition euple aincra affirme plus encore cette dimension. Elle est en effet conçue par les artistes comme un « livre d’emblèmes » angoumoisins, fait la part belle aux apports écrits, visuels et références culturelles introduits par les médiatrices et médiateurs du service des publics du FRAC et intègre au parcours des visiteurs une salle où s’hybrident actions de médiation et documentation.

Absolument socialisée quant à ses sources, l’œuvre de Dector & Dupuy s’adresse résolument aux individus qui peuvent constituer son public. Elle accomplit fortuitement pour ce faire une remarquable intégration des fonctions constitutives du système de l’art. Exigeante et critique en théorie et précisément appareillée à l’histoire de l’art contemporain, elle est aussi ouverte, généreuse, accueillante et populaire.

Alexandre Bohn, juillet 2016.

Le FRAC Poitou-Charentes et les artistes remercient les partenaires du projet : Eurovia Poitou-Charentes Limousin agence d’Angoulême, Plat-carr-peint, Suez, Cosmopolite, L’Alpha - Médiathèque du GrandAngoulême, Ville d’Angoulême, CAUE de la Charente, Via Patrimoine ; ainsi que, pour leur aide, Leroy-Somer et l’Union Patronale de la Charente.

logos partenaires
__________________

 

les rendez-vous

installation | Cosmopolite, Angoulême
Dector & Dupuy, De PER à SAR

vitrine de la librairie, Galerie du Champ de Mars
visible un mois à partir du 30 septembre

sculpture | Jardin Vert, Angoulême
Dector & Dupuy, L’Oreiller de Saint Cybard

sculpture pérenne en marbre
à découvrir en cours d’exposition

conférence | FRAC, site d’Angoulême
Philippe Artières, Faire trace

historien et directeur de recherche au CNRS au sein de l’Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain à l’EHESS (Paris). Il est auteur de plusieurs ouvrages dont La Police de l’écriture, l’invention de la délinquance graphique (1852-1945).
mardi 18 octobre à 18h15, gratuit

jeune public | FRAC, site d’Angoulême
La Fabrique du regard, ateliers jeune public
tous les jours de 14h30 à 16h,
inscription obligatoire à la semaine complète.
24 - 28 octobre, gratuit

représentation | FRAC, site d’Angoulême
improvisation des élèves du Conservatoire du GrandAngoulême dans l’exposition euple aincra.
10 décembre à 18h, entrée libre

weekend FRAC
Platform présente une programmation exceptionnellement riche portée par les 23 FRAC les 5 et 6 novembre.

brunch/rencontre avec Jane Harris
FRAC, site d’Angoulême
Intensifiant leurs coopérations dans le contexte de la région Nouvelle-Aquitaine, le FRAC Aquitaine, le FRAC – Artothèque du Limousin et le FRAC Poitou-Charentes ont passé commande à l’artiste Jane Harris d’une œuvre qui puisse traduire l’identité en devenir de la nouvelle région. Cette production sera dévoilée à l’occasion de ce weekend.
5 novembre à 11h, gratuit

visite guidée performée | Angoulême
Dector & Dupuy, Le triangle de l’Houmeau

Dans leurs visites guidées, les artistes pointent certaines configurations insolites, des matériaux, des formes etc. Donnant une large place à la fiction et à l’imagination, leur regard décalé prête à sourire et renouvelle notre regard sur un espace. Le parcours intègrera l’Alpha, le CAUE de la Charente et le FRAC Poitou-Charentes.
5 novembre à 14h, gratuit, rdv à l’Alpha

visite couplée | L’Houmeau, Angoulême
Parcours Via Patrimoine dans le quartier de l’Houmeau suivi d’une visite de l’exposition euple aincra au FRAC Poitou-Charentes.
6 novembre à 15h, gratuit, rdv au FRAC


__________________

Horaires et jours d’ouverture exposition site d'Angoulême
du mardi au samedi de 14h à 18h
et le 1er dimanche du mois
ouvert les jours fériés

entrée libre

Visites accompagnées pour les groupes et les scolaires gratuites et sur réservation au 05 45 92 87 01

Visites accompagnées chaque mardi et chaque 1er dimanche du mois à 16h00 | gratuit

 

Fonds Régional d'Art Contemporain Poitou-Charentes
site d'Angoulême

63 bd Besson Bey | 16000 Angoulême
05 45 92 87 01
info@frac-poitou-charentes.org
www.frac-poitou-charentes.org

The Player
programme de vidéos

Un espace au FRAC Poitou-Charentes, site d’Angoulême dédié à l’image en mouvement. En parallèle de chaque exposition, découvrez une programmation autonome au rythme aléatoire.

 

Ivan Argote

Iván Argote, Untitled (New York)
18’15’’, 2011, © artiste & galerie Perrotin
30 septembre - 6 novembre

 

Bertille Bak

Bertille Bak, Le tour de Babel
19’52’’, 2014, coll. FRAC Basse Normandie
8 novembre - 17 décembre

 

___________________________________

du mardi au samedi et chaque premier dimanche du mois
nouveaux horaires ! : de 14h à 18h
ouvert les jours fériés
entrée libre

Fonds Régional d'Art Contemporain Poitou-Charentes
site d'Angoulême

63 bd Besson Bey | 16000 Angoulême
05 45 92 87 01
info@frac-poitou-charentes.org
www.frac-poitou-charentes.org

 

 

Au FRAC Poitou-Charentes site de Linazay

 


mono poly

17 octobre 2016 - 3 février 2017
uniquement pour les groupes, sur rendez-vous
(05 45 92 87 01)

Dominique Gonzalez Foerster

Étienne Bossut | Florian Cochet | Jean-Louis Garnell | Dominique Gonzalez Foerster (visuel) | Gottfried Honegger | Miltos Manetas | Olivier Mosset | Jean-Luc Moulène | Tania Mouraud Cécile Paris | Bruno Petremann | Jean-Pierre Pincemin | Claude Rutault | Pierre Tal Coat

Haute en couleurs et conçue à partir d’œuvres de la collection du FRAC Poitou-Charentes, mono poly révèle la polysémie du monochrome.

samedi 22 octobre
journée d’ouverture publique
de 14h à 18h : exposition ouverte en accès libre
à 15h : atelier jeune public et visite accompagnée, gratuit

 

La peinture monochrome, avant de devenir un genre à part entière a pu être comprise comme l’aboutissement historique de l’abstraction et de l’aventure moderniste. Composition suprématiste : Carré blanc sur fond blanc, peinte par Kasimir Malevitch en 1918, semble déjà indépassable trois ans après son premier Carré noir. Mais l’abstraction a ensuite pris bien d’autres formes et le modernisme a continué des décennies durant à mettre en question les pratiques, périmètres et enjeux de la création artistique. Depuis un siècle, d’innombrables artistes ont recouru au monochrome à des fins très diverses. Émancipation radicale par rapport aux attentes figuratives ou compositionnelles, recherche sur les matières et techniques, quête spirituelle et sensuelle, nihilisme critique…

Exposition haute en couleurs, mono poly révèle cette polysémie du monochrome. Le monochrome est survenu ponctuellement et de manière très différente, au cours d’un travail sur l’image, dans l’œuvre de Florian Cochet et dans celle de Miltos Manetas. L’approche photographique ou sculpturale du monochrome par Étienne Bossut, Jean-Louis Garnell, Jean-Luc Moulène, Tania Mouraud, Cécile Paris et Bruno Petremann, révèle d’abord l’acuité du regard des artistes sur le monde. La monochromie portée à l’échelle d’une installation est, pour Dominique Gonzalez-Fœrster, un vecteur d’immersion du visiteur dans un espace mental. Le monochrome a tenu une place importante dans les recherches picturales de Pierre Tal Coat, Gottfried Honegger et Jean-Pierre Pincemin et il fait de l’œuvre d’Olivier Mosset une synthèse des enjeux divers de la peinture moderne. Pour Claude Rutault, enfin, le monochrome essentialise le tableau et l’accrochage, permet le retrait relatif de l’artiste et l’implication de tiers dans la forme changeante de chaque œuvre ainsi que des jeux infinis de la peinture avec la qualité des espaces d’exposition au gré de l’activation de protocoles.

_____________________________________________________

Fonds Régional d'Art Contemporain Poitou-Charentes
site de Linazay
Lieu-dit "Les Alleux"
RN 10, sortie Linazay | 86400 Linazay
05 45 92 87 01
info@frac-poitou-charentes.org
www.frac-poitou-charentes.org

 

 
 
Haut de page |
Accueil