accueil FRAC Poitou-Charentes

 

 

 

 

 

 

63 Bd Besson Bey | 16000 Angoulême
présentation programmation collection médiation documentation liens
 
 

 

 

 

 

 

Le travail de Sammy Baloji prend sa source dans l’histoire de la République Démocratique du Congo et plus particulièrement du Katanga, sa région natale, qui devient dans ses œuvres un symbole des territoires opprimés. La RDC est connue pour posséder un des sous-sols les plus riches de la planète et ce, rien que par les ressources en cuivre du Katanga. D’abord exploitées par les colons belges, les mines sont gérées à partir de 1967 par la Gécamines (Société Générale des Carrières et des Mines), une entreprise publique détenant le monopole de l’extraction minière. Celle-ci a dans un premier temps connu une période particulièrement productive, générant jusqu’à 42% des richesses du pays. L’entreprise, alors paternaliste, assurait à ses travailleurs un logement, l’accès gratuit aux soins et une retraite. Cette source de revenus qui semblait inépuisable s’est pourtant tarie à la fin des années 90 pour deux raisons principales : la gestion prédatrice des dirigeants politiques (elle servait de caisse noire) et les guerres qui ravagèrent le pays. Avant même la chute de Mobutu, Kabila négocie le démantèlement et la vente de la Gécamines à des compagnies internationales. C’est un Belge, Georges Forest, qui initiera des partenariats public-privé, obtenant des accords très avantageux dus au contexte de guerre pour des multinationales peu scrupuleuses. À la faveur d’un Code minier très libéral les entreprises étrangères peuvent rapatrier leurs bénéfices tandis que la Gécamines ne parvient plus à faire fonctionner les sites d’extraction qu’elle gère encore. Les populations du Katanga sont les premières à souffrir de la situation. Alors qu’elles ont connu l’exploitation coloniale, elles se retrouvent aujourd’hui à lutter contre la misère, privées de travail et cherchant, enfants compris, à creuser de manière autonome. La photographie exposée est issue de la série Mémoire. L’artiste y fait dialoguer au travers d’un collage deux périodes de l’histoire de l’extraction minière : des images contemporaines des sites d’extraction tombant quasiment en ruine et des images en noir et blanc provenant des archives de la Gécamines. Sammy Baloji désigne ainsi la persistance des ravages de l’exploitation sur un territoire et les habitants qui le peuplent.

notice FRAC PC/HD

Historique
Restauration

 


Sammy Baloji

Né en 1978 à Lumbashi, ex-Zaïre (République Démocratique du Congo)
Vit à Lumbashi et Bruxelles

 

 

Sammy Baloji

 

Untitled #18
(série Mémoire, 2004 - 2006)

2006

archival digital photograph on satin matte paper
60 x 160 cm

acquisition 2015 | à la galerie Imane Farès

n° inv. 015.49.1

Collection FRAC Poitou-Charentes
©Sammy Baloji & galerie Imane Farès

 

 
Haut de page |
Accueil