accueil FRAC Poitou-Charentes

 

 

 

 

 

 

63 Bd Besson Bey | 16000 Angoulême
présentation programmation collection médiation documentation liens

 

Au FRAC Poitou-Charentes site d'Angoulême

 

Tympanrétine

 

 


14 juin - 14 décembre 2019

Michel Aubry | Glen Baxter | Serge Conte
Trisha Donnelly | Sammy Engramer | Nicolas Fenouillat
Yann Grolleau |
Bertrand Lavier | Elodie Lesourd
Pascal Lièvre | Thierry Mouillé | Ugo Rondinone
(visuel)

collection FRAC Poitou-Charentes et prêts des artistes


Certes la consommation musicale est aujourd’hui largement dématérialisée. Mais sa production, son jeu en direct, ses produits dérivés, sont éminemment tangibles et visuels : instruments, accessoires, dispositifs d’enregistrement ou de concert, performances scéniques, matériel de diffusion publique ou supports commerciaux, clips vidéo… La musique, vaste ressource de matériaux et d’imaginaires, toutes esthétiques confondues, se prête évidemment aux appropriations, évocations et reformulations plasticiennes. La musique et les arts visuels partagent, par ailleurs, un large champ lexical propice aux expériences de synesthésie.
Les œuvres qui constituent cette exposition sont nourries de la culture ou de la pratique musicale de leur auteur, expert en launeddas de Sardaigne, batteur de rock, virtuose de la guitare électrique et collectionneuse d’iconographie rock, admirateur du phrasé baroque ou parolier en puissance…

Si Tympanrétine, l’exposition, était un album de musique, ce serait un florilège, un medley :

01 : Spinellu in Sol M, Spinellu A Pippia in Sol, Medina MM in Ré, Simpagna Fiorassiu M in Sol, Fiorassiu MM in Ré, Puntu de Organu M nou Spinellu MM in Sol, Medina Mankosedda in Ré, Fiorassiu M in Ré ou Medina A Pipiam in Ré, Spinellu A Fiuda in Sol : Michel Aubry enchaîne neuf morceaux de launeddas, cannes de Sardaigne, en un assemblage de polygones équivalents.
02 : Du plus profond du Poitou-Charentes se préparent les réjouissances ! À la lueur de la broche, une dame aux lunettes noires et écouteurs se met dans l’ambiance alors qu’un trouvère teste l’amplification de son luth électrique… Le nonsense si britannique de Glen Baxter décoiffe autant que le concert qui s’annonce.
03 : En direct de Reykjavik, plus plastiques que jamais et indifférents aux heurs, malheurs et retour en grâce du vinyle, les Zonzon Records de Serge Comte se gondolent comme aucun 33 tours en rejouant les pochettes des B52’s, The Who, Barry White, Niagara, Public Enemy, Kiss, Carlos, Supertramp, 50 cents, Joe Dassin, Kraftwerk, France Gall, Björk… en une improbable discothèque brutalement pixélisée.
04 : Trisha Donnelly compresse en une toute petite photographie densément sculpturale et intensément silencieuse le son monumental d’un orgue cathédral.
05 : Sammy Engramer voit le noir en blanc, le vinyle en cornée, l’étiquette en iris, le percement en pupille, le 45 tours en œil pour une collection de morceaux, d’albums ou de groupes aux noms oculaires.
06 : Dans la chambre anéchoïde de l’IRCAM, Nicolas Fenouillat enregistre un dialogue de sourds. Les langues claquent, les gestes bruissent et remplissent le Silence de John Cage d’une vibrante poésie.
07 : Une scène-socle-installation pour une guitare-embauchoir-sculpture ! Yann Grolleau poursuit son travail d’hybridation des formes et des références à la croisée du rock et des arts plastiques. Il crée, ce faisant, dans l’exposition Tympanrétine, le juste endroit pour les concerts qui y sont programmés.
08 : La guitare électrique de Jimi Hendrix ? Celle de Johnny Hallyday ? Aria Pro II, à l’instar de tel cône de chantier, de tel skateboard ou de tel parpaing de la même série des objets soclés, a bénéficié d’un soclage sur mesure digne des chefs d’œuvres de l’art antique ou des trésors ethnographiques. Bertrand Lavier fait de cette banale guitare d’étude l’objet de toutes les attentions.
09 : Hyperrockaliste ! Précise comme une chercheuse et généreuse comme une guitariste de metal, Élodie Lesourd, lorsqu’elle ne performe pas, agence en séries, collages, peintures abstraites ou hyperréalistes, les artefacts et l’iconographie issus de son immense culture. Musicale en général et rock plus particulièrement.
10 : L’éternel retour, texte d’Alain Badiou, est chanté en contre-ténor à la manière de Klaus Nomi par Florent Matéo couvert de paillettes noires en superposition des Rotoreliefs de Marcel Duchamp, sur The cold song de Henri Purcell. Reprises, mixages, traductions, travestissements, fondent l’œuvre visuelle, musicale, littéraire, philosophique et politique de Pascal Lièvre.
11 : Porte A porte B porte C porte D E F , ; : 1 2 3 4 autant que de touches d’un clavier d’ordinateur, chacune tendue d’une corde. En solo ou en groupe, à vous de jouer une improvisation alphanumérique et musicale à l’échelle du lieu dans l’installation de Thierry Mouillé !
12 : En cercles concentriques de couleurs par deux immenses cibles floues, en nuées continues de sons de batterie par une installation de haut-parleurs : optiques ou acoustiques, les ondes d’Ugo Rondinone se propagent pour stimuler tous nos sens.

Tympanrétine, l’exposition, est aussi une scène atypique ouverte à de multiples partenariats, accueillant tout l’automne performances musicales, concerts et pratiques amateurs.

Alexandre Bohn,
Mai 2019.

 

>> dossier de presse

 

____________________________

 

 

Horaires et jours d’ouverture exposition site d'Angoulême
du mardi au samedi de 14h à 18h
et le 1er dimanche du mois
fermé les 1er et 8 mai
entrée libre

Visites accompagnées pour les groupes et les scolaires gratuites et sur réservation au 05 45 92 87 01

Visites accompagnées chaque 1er dimanche du mois à 16h00 gratuit

 

Fonds Régional d'Art Contemporain Poitou-Charentes
site d'Angoulême

63 bd Besson Bey | 16000 Angoulême
05 45 92 87 01
info@frac-poitou-charentes.org
www.frac-poitou-charentes.org

The Player
programme de vidéos

Un espace au FRAC Poitou-Charentes, site d’Angoulême dédié à l’image en mouvement. En parallèle de chaque exposition, découvrez une programmation autonome au rythme aléatoire.

 

DhmR
carte blanche au label Dick head man Records



14 juin - 14 septembre 2019

Exceptionnellement The Player prolonge l’exposition en cours, Tympanrétine, exposition faisant le lien entre musique et arts visuels, par une programmation de vidéoclips de DhmR, label découvert par Serge Comte, artiste présent dans l’exposition et dans la collection du FRAC Poitou-Charentes.

« Label de musique fictif mais effectif, Dick head man Records regroupe depuis le début des années 2000, sans doute avant, un large nombre d’artistes ne sachant pas forcément jouer de la musique, mais assurément à la musique. »
Raoul McCain

« Dick est la figure de proue d’un bateau plein d’amis imaginaires. Voguant entre Taïwan et la France, l’Estonie et la Corse, le Japon et l’Islande, l’équipage du dickheadman flotte librement sur des Océans de sons. Tel le pêcheur réparant son vieux filet, tels des pirates aiguisant leurs cimeterres ensanglantés avant l’attaque. Ils jouent à la musique plutôt que de jouer du piano. Ne redoutant aucune lame de fond, le label Dick head man Records n’est pas la musique d’aujourd’hui, d’hier ou de demain, mais la musique de toujours. »
Anonyme

Trois playlists de vidéoclips concoctées par Serge Comte seront présentées tout au long de la période estivale.

 

>> dossier de presse

 

 

 

 

___________________________________

 

 

du mardi au samedi et chaque premier dimanche du mois
de 14h à 18h
fermé les 1er et 8 mai
entrée libre

 

Fonds Régional d'Art Contemporain Poitou-Charentes
site d'Angoulême

63 bd Besson Bey | 16000 Angoulême
05 45 92 87 01
info@frac-poitou-charentes.org
www.frac-poitou-charentes.org

 

 

Au FRAC Poitou-Charentes site de Linazay

 

 

 


programmation à venir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




 

 

_________________________________

Fonds Régional d'Art Contemporain Poitou-Charentes
site de Linazay

Lieu-dit "Les Alleux"
RN 10, sortie Linazay | 86400 Linazay
05 45 92 87 01
info@frac-poitou-charentes.org
www.frac-poitou-charentes.org

 

 
 
Haut de page |
Accueil