accueil FRAC Poitou-Charentes

 

 

 

 

 

 

63 Bd Besson Bey | 16000 Angoulême
présentation programmation collection médiation documentation liens
 
 

 



 

 



 

Sara Ouhaddou explore l’artisanat du monde arabe, et plus particulièrement du Maroc, recherchant les processus d’adaptation mis en oeuvre face aux influences de la vie moderne et des échanges internationaux. Son approche se focalise autour de cinq ateliers ayant chacun une histoire et un patrimoine local propre : tisserands du Haut Atlas et de Tanger, céramistes de la région de l’Ourika, brodeuses à Tétouan et bijoutiers à Tiznit. De quelles manières l’environnement social, politique, économique… impacte-t-il ce patrimoine culturel ?
Le titre de l’oeuvre Wassalna lilo signifie « on en est arrivé là ». Il s’agit d’un constat d’état, celui de la société tangéroise, transformée au fil des ans par les changements sociaux, économiques, urbanistiques et politiques. Ce récit se raconte au travers de 7 « affiches tissées » fruits d’une collaboration entre Sara Ouhaddou et Mohamed, un tisserand traditionnel de Tanger. Expérimenté, maîtrisant l’histoire et la symbolique de sa pratique, il est également très clairvoyant quant au devenir de son métier dans une société en pleine mutation.
Pour réaliser cette oeuvre, l’artiste a établi un cahier des charges transformant le métier à tisser en support sur lequel s’articulent les problématiques en présence. Dans un premier temps, Sara Ouhaddou s’est attelée à comprendre la pratique de l’artisan. Identifiant les codes traditionnels qu’il emploie, elle en a uniquement retenu les contraintes afin de le faire sortir de sa zone de confort. L’artiste s’est ensuite réapproprié les codes couleurs. Les rayures rouges et bleues continueront à représenter les montagnes et la mer. En revanche, celles-ci figureront simultanément sur un même tissage, ce qui n’est traditionnellement pas admis. De plus, elle octroie au blanc la charge de représenter l’expansion urbaine de Tanger alors que c’est une couleur signe de mort, uniquement employée au titre de séparation entre les couleurs.
Les 7 tissages relatent ainsi l’expansion urbaine de la ville. Un voile blanc au relent morbide vient recouvrir la mer et les montagnes. Cet envahissement est pénible pour l’artisan. Il a refusé de produire un dernier tissage totalement blanc, synonyme selon lui, de sa propre disparition.

notice FRAC PC/HD

Historique
Restauration

 


Sara Ouhaddou

Née en 1986, vit et travaille entre Paris et Marrakech.

 

 


Wassalna lilo #2

2016

7 éléments en coton tissé et 7 tiges filetées
environ 88 x 65 cm chaque élément

acquisition 2017 | à la Galerie Polaris, Paris

n° inv. 017.13.1

Collection FRAC Poitou-Charentes

photo : Galerie Polaris

 

 

 

 

 
Haut de page |
Accueil