accueil FRAC Poitou-Charentes

 

 

 

 

 

 

63 Bd Besson Bey | 16000 Angoulême
présentation programmation collection médiation documentation liens
 

_Prochainement au FRAC, site d'Angoulême

 

exposition | HOW TO MAKE A COUNTRY
19 juin – 18 décembre 2021
19 Phuptjane – 18 Tšitoe 2021

vernissage le samedi 19 juin de 16h à 20h

Ba Re e Ne Re Literature | Zineb Benjelloun
Dineo Seshee Bopape | Thenjiwe Niki Nkosi (visuel)
Frida Orupabo

Commissariat Lerato Bereng


À notre époque de politique pop, de news Twitter et de communautés virtuelles, nous nous orientons vers une plus forte élasticité des modes préexistants de connaissances et de leur production. Il existe une certaine malléabilité dans les critères de définition d'une nation et un abandon des structures sociales traditionnelles. Ce qui est concret devient de plus en plus archaïque et les modes traditionnels d'organisation sociale arrivent rapidement à leur date limite de vente. Les textes des expositions gravitent de plus en plus autour des mots « réimaginer », « réinventer », « restructurer », « réécrire ». Nous sommes à l'ère du « re » : faire à nouveau, parler à nouveau, penser à nouveau, regarder à nouveau, recommencer. La langue joue un rôle central dans ce renouveau.

How to Make a Country est une exposition collective réunissant Ba Re e Ne Re Literature représenté par Lineo Segoete (Lesotho), Zineb Benjelloun (Maroc), Dineo Seshee Bopape (Afrique du Sud), Thenjiwe Niki Nkosi (Afrique du Sud) et Frida Orupabo (Norvège). L'exposition donne suite à Conversations at Morija #3: What Makes a Country, une plateforme de dialogue conçue et organisée par Lerato Bereng au Lesotho, son pays natal. Cette conversation visait à interroger à travers différentes perspectives la problématique de l'indépendance nationale et de la réduire à sa plus simple expression, pour aboutir à cette question fondamentale : « Qu'est-ce qui définit un pays ? ». Bereng a ensuite interrogé Google et est tombée sur des textes détaillant « comment créer son propre pays » et « comment devenir un pays en 4 étapes faciles », ce qui a permis de déconstruire certaines grandes idées de manière plutôt savoureuse. L'intention de Conversations at Morija #3: What Makes a Country était de constituer un groupe de réflexion, un espace où l'histoire, le présent et le futur étaient également modulables, afin de proposer d'autres façons de penser, de réfléchir et d'envisager l'avenir.

Dans la même veine, How to Make a Country, 2021, décrypte les critères fondamentaux de constitution d'une nation qui peut être considérée comme telle :

Langue, territoire, législation et population. C'est-à-dire : Mots et traduction ; Terre et territoire ; Contrôle et idéologie ; Personnes, sujets et citoyenneté. À travers leurs pratiques, les artistes qui participent au projet réfléchissent à des idées synonymes de certains de ces mots et nouent des liens intéressants autour, entre et à travers ces notions.

L'exposition permettra une pollinisation croisée d'œuvres, de mots et d'idées. Sa géographie ne connaîtra aucune frontière et se manifestera par une présentation intime, un dialogue entre les artistes et les œuvres d'art. Ce dialogue sera prolongé sous la forme d'un catalogue axé sur les questions de langue, d'orthographe et de traduction.

Morija, connu comme l'épicentre de la production culturelle du Lesotho et son centre littéraire et éducatif, est un petit village situé à trente minutes de la capitale du pays, Maseru. Le village, ainsi nommé par les missionnaires de la France d'après une histoire biblique, a été l'une des premières stations missionnaires française en Afrique australe. C’est à Morija que les premier·ère·s auditeur·rice·s de l'Évangile allaient découvrir que cette parole appelaient non seulement un changement dans le cœur, mais aussi un changement social au nom d'une civilisation qui, à l'époque, était considérée comme « chrétienne ». L'évangélisation comprenait non seulement l'enseignement des langues étrangères et de nouvelles compétences dans les domaines de la construction, de l'agriculture et de l'hygiène, mais aussi de l'éthique sociale, politique et familiale. Ce sont les missionnaires français·e·s qui ont défini l’orthographe originale de la langue sésotho pour faciliter leurs enseignements de la Bible. Elles et ils ont également créé Morija Printing Works, qui publie des livres depuis plus de 150 ans et réalisera la publication de l'exposition, qui revêt une importance à la fois symbolique et conceptuelle.

La publication est une plate-forme d'exploration de l'histoire linguistique et orthographique à travers l'exposition centrée sur la langue sésotho et ses racines dans le village de Morija. Le cœur de la publication se composera du BA RE Sesotho Dictionary qui sera étoffé par le biais d'un appel à contribution public, non seulement pour réfléchir aux expressions créatives actuelles, mais aussi à la langue nécessaire pour décrire ce moment de l'histoire. Tous·tes les artistes de l'exposition ont été invité·e·s à considérer la langue et ses propriétés fondamentales pour la création de communautés et de peuples. Considérant certaines idées relatives à la traduction et à la création de sens, les artistes apporteront des réflexions ou des mots et des images à ce dictionnaire qui constitue le guide linguistique multilingue de l'exposition. En plus de ces contributions d'artistes, le catalogue comprendra des essais sur l'histoire de l'orthographe et son rôle dans la société moderne. L'avant-propos de Bereng intitulé Conversations at Morija #4 n'est pas seulement une continuation de la série, mais répond au contexte actuel et à l'évolution constante de la production créative de cette époque. Il s’articulera autour de réflexions sur les notions de communauté, d'humanité et de sa fragilité inhérente si évidente de nos jours.


>> dossier de presse

 




_Prochainement au FRAC, site de Linazay

 

à venir...

_Prochainement en région et ailleurs

 

PEAC de GrandAngoulême
"Dessiner à plusieurs mains" | Zineb Benjelloun
mai 2021

Portée par le FRAC Poitou-Charentes, La Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image et Musiques Métisses.

Zineb Benjelloun est une artiste qui vit à Casablanca, au Maroc. Formée aux arts plastiques et au cinéma documentaire, elle a d’abord travaillé pour une chaîne de TV avant de se consacrer au dessin et à l’écriture. Elle célèbre dans son travail les détails du quotidien et s’interroge sur la manière dont l’histoire nous façonne en tant que sociétés et individus.
Zineb dessine pour des magazines, des livres pour enfants, des bandes dessinées, des jeux… Elle réalise des identités visuelles pour des événements culturels et des campagnes de sensibilisation au Maroc et à l’international. Elle travaille également beaucoup avec différents publics autour d’ateliers de dessin et d’écriture sur différents thèmes comme l’histoire, la famille, la ville, l’environnement etc...

L'atelier « Dessiner à plusieurs mains » sera l’occasion d’une jolie rencontre pour échanger, dessiner et imaginer des histoires autour de la ville d’Angoulême et ses environs. Les enfants participant auront tout le loisir de décrire et (re)découvrir la région sous toutes ses coutures (architecture, légendes, histoire, environnement etc.) ! 

visuel : Zineb Benjelloun

 

 

 

 

 


Haut de page |
Accueil